dimanche 9 mai 2021

Détresse légère face à la joie promise

C’est saint Paul, lui qui a vécu de si terribles détresses, qui ose affirmer :

« C’est pourquoi nous ne perdons pas courage, et même si en nous l’homme extérieur va vers sa ruine, l’homme intérieur se renouvelle de jour en jour. Car notre détresse du moment présent est légère par rapport au poids vraiment incomparable de gloire éternelle qu’elle produit pour nous. Et notre regard ne s’attache pas à ce qui se voit, mais à ce qui ne se voit pas; ce qui se voit est provisoire, mais ce qui ne se voit pas est éternel. » (2 Corinthiens 4, 16-18)

Dans sa foi en Jésus, saint Paul trouve le courage de tenir bon dans les épreuves de sa vie personnelle et apostolique.

Qu’il intercède auprès de Dieu notre Père pour que l’Esprit m’inspire un semblable courage, la même espérance.

† Roger Ébacher
Évêque retraité de Gatineau

samedi 1 mai 2021

Le 6 mai, une étoile dans mon calendrier

Pourquoi?

Le 6 mai 1988, en la fête liturgique du premier évêque de Québec, saint François de Laval, l’Église de Gatineau m’accueillait comme son nouveau pasteur. Chaque année, me reviennent à la mémoire des images de cette grandiose célébration dans ce qui était alors la cathédrale : l’église Saint-Jean-Marie-Vianney.

J’ai œuvré 23 ans comme pasteur de ce diocèse, y investissant mon cœur et mes énergies. J’ai reçu le soutien des prêtres et de nombreuses personnes laïques et religieuses. Ce furent des années intenses. Nous avons ensemble cherché les façons de porter l’Évangile au cœur des réalités d’ici.

Je me suis particulièrement engagé envers des personnes plus marginalisées, délaissées, ou envers des jeunes en recherche de travail. Je pense au Carrefour Jeunesse Emploi et au Gite-Ami, sans oublier Développement et Paix, et divers autres organismes du milieu.

À la retraite depuis le 30 novembre 2011, j’ai eu la joie de continuer à faire souvent du ministère. Notre archevêque actuel, Mgr Paul-André Durocher, m’a délégué pour des confirmations ou autres présences dans des fêtes paroissiales. Des prêtres ou des agentes de pastorales ont sollicité mon ministère dans des paroisses. Maintenant, je dois me limiter à célébrer l’eucharistie et à offrir un service spirituel dans l’immeuble où je demeure.

Mais le ministère de la prière devient de plus en plus important dans ma vie. Prière pour notre monde, pour les plus blessés par la vie, pour notre diocèse, pour tant d’intentions que l’on me formule en toute confiance…

33 ans après le début de mon service à Gatineau, je garde au cœur l’étonnement d’avoir été appelé à un poste ministériel aussi important. Je rends grâces à Dieu de m’y avoir soutenu, surtout dans les temps plus difficiles à affronter et les décisions plus douloureuses à prendre.

Je remercie le Peuple de Dieu formant cette Église pour son soutien durant toutes ces années. Et j’expérimente encore aujourd’hui l’amitié fraternelle de beaucoup. Je me sens toujours membre de cette Église de Dieu, partageant ses joies, ses recherches, ses essais, ses difficultés, ses espérances, ses succès apostoliques.

Je supplie l’Esprit de Jésus ressuscité de réchauffer et dynamiser sans cesse nos cœurs alors qu’il fait entendre de plus en plus son appel à devenir des disciples-missionnaires en cette terre de l’Outaouais.

† Roger Ébacher
Évêque retraité de Gatineau 

dimanche 25 avril 2021

Souffrances et espérance

C’est inspiré par la foi en Jésus le Fils de Dieu mort et ressuscité que Paul a pu écrire :

« C’est donc l’Esprit Saint lui-même qui atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers : héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ, si du moins nous souffrons avec lui pour être avec lui dans la gloire. J’estime, en effet, qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire qui va être révélée pour nous. » (Romains 8, 16-18)

Héritiers avec Jésus, POUR TOUJOURS! Le temps présent, avec ses tribulations, passe. Mais l’avenir promis est éternel.

Ai-je oublié l’éternité? Vivre pour toujours avec Jésus!

† Roger Ébacher
Évêque retraité de Gatineau

dimanche 18 avril 2021

Un amour universel

Aujourd’hui, l’accessibilité des médias d’information à l’échelle planétaire et la circulation des nouvelles de diverses sources, spécialement avec les réseaux sociaux, démontrent abondamment que la planète est un village global. Est-ce que cette diffusion de l’information sur la vie des populations du monde entier nous rend plus solidaires des souffrances et des joies des peuples qui y vivent? Est-ce que nous prenons conscience que nos choix et nos actions peuvent avoir des effets positifs ou négatifs sur nos frères et nos sœurs d’autres pays?

Dans la première lettre de saint Jean, l’apôtre nous rappelle la dimension universelle et mondiale de l’amour du Christ pour toute l’humanité :

C’est lui qui, par son sacrifice, obtient le pardon de nos péchés, non seulement des nôtres, mais encore de ceux du monde entier. Voici comment nous savons que nous le connaissons : si nous gardons ses commandements.

Le plus grand des commandements se cristallise autour de cette conviction : Dieu est amour.

Comme disciple, le Christ nous invite à ouvrir notre cœur à la dimension universelle du commandement divin de l’amour : aimer son prochain comme soi-même. Les prochains, ce sont également ceux et celles qui sont au loin, nos sœurs et nos frères des quatre coins du monde. À la lumière du thème du Carême de partage de Développement et Paix, partageons l’amour.

René Laprise
Diacre permanent
 

Ce texte a été publié dans la chronique Échos de la Parole de l'Office de catéchèse du Québec

dimanche 4 avril 2021

PÂQUES!

Joie du Fils ressuscité des morts!

Joie de l’Esprit en cette œuvre grandiose de la résurrection!

Joie du Père accueillant son Fils, cet homme Jésus, avec Lui dans la gloire!

Joie pour celles et ceux qui croient en Jésus Vivant et espèrent le rejoindre dans sa vie glorieuse, éternelle!

Joie pour celles et ceux qui croient en la vie, en l’amour, en la paix et y œuvrent!

Beau temps pascal.

† Roger Ébacher
Évêque retraité de Gatineau

jeudi 1 avril 2021

Au cœur de nos souffrances, regardons Jésus avec foi

C’est là que nous trouvons un grand réconfort, un surcroit de courage.

Je lis dans la Lettre aux Hébreux (12, 1-2) : « Courons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée, les yeux fixés sur Jésus, qui est à l’origine et au terme de la foi. Renonçant à la joie qui lui était proposée, il a enduré la croix en méprisant la honte de ce supplice, et il siège à la droite du trône de Dieu. »

Docile à la volonté du Père sur lui, le Fils Jésus a enduré courageusement, avec patience et persévérance, les souffrances et humiliations de sa vie publique, surtout de sa passion et de sa mort ignominieuse sur une croix. Ce chemin l’a conduit à la joie ineffable de la résurrection et de la présence éternelle avec le Père.

Ce chemin, il l’a ouvert pour nous, pour moi.

Viens, Esprit Saint, m’insuffler courage et persévérance. Rends-moi capable de tenir mes yeux fixés sur mon Guide et mon Soutien : Jésus vainqueur dans la joie éternelle du Père.

† Roger Ébacher
Évêque retraité de Gatineau

dimanche 28 mars 2021

Croire en Jésus nous stimule

Jésus est vraiment un homme, un homme réel tout comme nous, tout en étant vraiment le Fils de Dieu. Voilà notre foi chrétienne.

« Il y a eu chez lui, comme chez tout homme, éveil et croissance, épreuves et approfondissements, hésitations et choix, nuit et lumière… Jésus n’était pas d’emblée installé dans les desseins éternels de Dieu » (Éloi Leclerc)

Je lis dans la Lettre aux Hébreux (5, 7-9) : « Pendant les jours de sa vie dans la chair, il offrit, avec un grand cri et dans les larmes, des prières et des supplications à Dieu qui pouvait le sauver de la mort, et il fut exaucé en raison de son grand respect. Bien qu’il soit le Fils, il apprit par ses souffrances l’obéissance et, conduit à sa perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel. »

Quelle affirmation étonnante! Il dut lui aussi apprendre l’obéissance par ses souffrances!

Cette affirmation m’éclaire beaucoup. Mes souffrances, vécues dans la foi en Jésus, sont une éducation.

Esprit de Jésus, sois la lumière qui me guide dans cette rude, mais nécessaire éducation! Rends-moi docile à la volonté du Père, qui veut que je vive comme un fils confiant et abandonné entre ses mains.

† Roger Ébacher
Évêque retraité de Gatineau