samedi 11 août 2018

Lorsque la mort frappe une famille

La mort frappe toutes les familles. Pourtant, nous ne parvenons pas à voir le départ de nos proches comme naturel. La perte du conjoint ou d’un enfant est toujours un drame dans une famille et dans son entourage immédiat.
 
Lorsqu’un de mes frères est décédé, ma mère m’a dit en pleurant que ce n’était pas normal que les enfants partent avant les parents! Le pape François développe cette même conviction : « Pour les parents, survivre à ses propres enfants est quelque chose de particulièrement déchirant, qui contredit la nature élémentaire des relations qui donnent un sens à la famille elle-même. La perte d’un fils ou d’une fille est comme si le temps s’arrêtait : un précipice s’ouvre, qui engloutit le passé et aussi l’avenir. La mort, qui emporte l’enfant petit ou jeune, est une gifle aux promesses, aux dons et aux sacrifices d’amour joyeusement faits pour la vie que nous avons fait naître. » (Voir aussi par. 253-258)
 
Regardons Jésus devant une telle situation. Il va vers Naïn. « Il arriva près de la porte de la ville au moment où l’on emportait un mort pour l’enterrer; c’était un fils unique, et sa mère était veuve. […] Voyant celle-ci, le Seigneur fut saisi de compassion pour elle et lui dit : “Ne pleure pas.” Il s’approcha et toucha le cercueil; les porteurs s’arrêtèrent, et Jésus dit : “Jeune homme, je te l’ordonne, lève-toi.” Alors le mort se redressa et se mit à parler. Et Jésus le rendit à sa mère. » Quelle attention à cette souffrance! Quelle tendresse! Quel souci pour cette pauvre veuve!
 
Notre foi nous assure que la vie ne finit pas avec la mort. Les défunts ne sont pas détruits complètement. Ils sont dans la main puissante de Dieu qui aime ses créatures. Ils prient pour nous. Nous pouvons leur parler. Ils sont puissants auprès du cœur de notre Père et veillent sur nous. La petite Thérèse de Lisieux affirmait peu avant sa mort qu’elle passerait son ciel à faire du bien sur la terre.
 
Expérimenter ce lien d’amour qui nous unit à nos proches défunts est une grande source de courage et d’élan pour vivre avec tendresse et générosité en faveur des vivants.
 
Et il existe aussi diverses aides disponibles.
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(53e texte d’une série sur La joie de l’amour)

samedi 4 août 2018

Crises dans le couple et la famille

L’histoire d’un couple, d’une famille, est jalonnée de défis considérables, de difficultés sérieuses, même de crises angoissantes. Faut-il se résigner à une détérioration irréparable ou encore à une médiocrité simplement supportable? Non! « Chaque crise cache une bonne nouvelle qu’il faut savoir écouter en affinant l’ouïe du cœur. […]  En ces moments, il est nécessaire de créer des espaces pour communiquer cœur à cœur. » (par. 232 et 234)
 
Toute crise dérange. On peut être tenté de la nier, de se révolter, de chercher à l’ignorer. On peut aussi seulement compter sur le temps qui passe et qui, on pense naïvement, règlera le problème. Les liens alors se détériorent progressivement et l’isolement se consolide, portant préjudice à l’intimité. Une crise non assumée affecte et même parfois ruine la communication. L’autre n’est plus la personne aimée, mais seulement une personne qui est là, même qui est seulement le père, la mère des enfants. Finalement, l’autre devient un étranger.
 
Ces couples ont besoin d’un accompagnement pour s’en sortir plus vigoureux, plus vivants, plus amoureux. D’autres couples, expérimentés et lucides, peuvent rendre un tel service, si précieux et qui peut ouvrir un avenir neuf.
 
Les proches, les personnes amies peuvent aussi aider, s’ils savent y mettre sagesse, respect, écoute, consolation, encouragements.
 
Nous devons ne pas abandonner les personnes qui sont chères dans les moments difficiles de leur vie de couple et de famille. C’est le temps de leur manifester encore plus notre présence, notre tendresse, notre fidélité.
 
Nous pouvons aussi prier pour eux. Car Dieu est amour et veut l’épanouissement de l‘amour humain. Dieu nous a créés avec tendresse et nous veut heureux. Nous sommes responsables les uns les autres de ce bonheur auquel aspirer avec grande espérance.

† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(52e texte d’une série sur La joie de l’amour)
(Dans ce document sur la joie de l’amour dans la vie du couple et de la famille, le pape offre beaucoup de conseils pertinents sur le sujet : voir les par. 232-252.)

dimanche 29 juillet 2018

Prendre un enfant par le cœur

On connait la magnifique chanson populaire d’Yves Duteil : « Prendre un enfant par la main pour l'emmener vers demain pour lui donner la confiance en son pas […]Prendre un enfant par le cœur pour soulager ses malheurs tout doucement sans parler, sans pudeur […] En regardant tout au bout du chemin prendre un enfant pour le sien. » (paroles)
 
Cette évocation poétique et musicale évoque bien l’importance primordiale des parents dans l’éducation des enfants. Cela vaut pour tous les aspects de la personnalité enfantine. Mais c’est particulièrement vrai de la dimension morale. « Les parents influent toujours sur le développement moral de leurs enfants, en bien ou en mal. Par conséquent, ce qui convient, c’est qu’ils acceptent cette responsabilité incontournable et l’accomplissent d’une manière consciente, enthousiaste, raisonnable et appropriée. » (par 259) Les longs développements que le pape consacre à cette question (par. 259-290) montrent bien l’importance qu’il leur accorde.
 
Le pape François commente : « La famille ne peut renoncer à être un lieu de protection, d’accompagnement, d’orientation, même si elle doit réinventer ses méthodes et trouver de nouvelles ressources. Elle a besoin de se demander à quoi elle veut exposer ses enfants. Voilà pourquoi, elle ne doit pas éviter de s’interroger sur ceux qui sont chargés de leur divertissement et de leurs loisirs, sur ceux qui rentrent dans leurs chambres à travers les écrans, sur ceux à qui ils les confient pour qu’ils les guident dans leur temps libre. Seuls les moments que nous passons avec eux, parlant avec simplicité et affection des choses importantes, et les possibilités saines que nous créons pour qu’ils occupent leur temps, permettront d’éviter une invasion nuisible. Il faut toujours rester vigilant. L’abandon n’est jamais sain. Les parents doivent orienter et prévenir les enfants ainsi que les adolescents afin qu’ils sachent affronter les situations où il peut y avoir des risques d’agression, d’abus ou de toxicomanie, par exemple. »
 
Et il ajoute : « Ce qui importe surtout, c’est de créer chez l’enfant, par beaucoup d’amour, des processus de maturation de sa liberté, de formation, de croissance intégrale, de culture d’une authentique autonomie. C’est seulement ainsi que cet enfant aura en lui-même les éléments nécessaires pour savoir se défendre ainsi que pour agir intelligemment et avec lucidité dans les circonstances difficiles. »
 
Les parents sont la première école où l’enfant et l’adolescent apprennent quelles sont les valeurs qui le soutiendront dans sa vie et lui ouvriront des chemins d’amour, de service, de sens de l’autre et de l’environnement humain et écologique.
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(51e texte d’une série sur La joie de l’amour)

samedi 21 juillet 2018

Un foyer à construire

Le pape François donne de précieux conseils au sujet des jeunes couples et de leur avenir. Il invite à reconnaître que la célébration du mariage n’en fait pas un couple achevé. « L’union est réelle, elle est irrévocable, et elle a été confirmée et consacrée par le sacrement de mariage. Mais en s’unissant, les époux deviennent protagonistes, maîtres de leur histoire et créateurs d’un projet qu’il faut mener à bien ensemble. » (par. 218)
 
Aucun conjoint n’est parfait. Chacun est « inachevé, appelé à grandir, en évolution. » D’où pointe un danger pour le couple qui n’en prend pas conscience. « Lorsque le regard sur le conjoint est constamment critique, cela signifie qu’on n’a pas assumé le mariage également comme un projet à construire ensemble, avec patience, compréhension, tolérance et générosité. Cela conduit à ce que l’amour soit peu à peu substitué par un regard inquisiteur et implacable, par le contrôle des mérites et des droits de chacun, par les réclamations, la concurrence et l’autodéfense. Ainsi, les conjoints deviennent incapables de se prendre en charge l’un l’autre pour la maturation des deux et pour la croissance de l’union. »
 
Le oui échangé lors de la célébration du mariage à l’église « est le début d’un itinéraire, avec un objectif capable de surmonter les aléas liés aux circonstances et les obstacles qui s’interposent. La bénédiction reçue est une grâce et une impulsion pour ce parcours toujours ouvert. »
 
Tout amour qui unit à l’autre porte en germe une grande espérance. Force vitale qui fait qu’au-delà des contradictions, des conflits, des conjonctures, on saura se maintenir sur un chemin de croissance. « La même espérance nous invite à vivre à plein le présent, le cœur tout à la vie familiale, car la meilleure manière de préparer et de consolider l’avenir est de bien vivre le présent. »
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(50e texte d’une série sur La joie de l’amour)

mercredi 18 juillet 2018

La célébration du mariage

Des couples, dont certains en union de fait depuis longtemps, ne se marient pas parce que les conjoints estiment qu’une telle célébration coûte trop cher. Invitations, costumes, gâteau, banquet, réceptions : de quoi se ruiner!
 
Le pape François interpelle vigoureusement ces couples qui pensent se marier à l’église. « Chers fiancés : ayez le courage d’être différents, ne vous laissez pas dévorer par la société de consommation et de l'apparence. Ce qui importe, c’est l'amour qui vous unit, consolidé et sanctifié par la grâce. Vous êtes capables d’opter pour une fête sobre et simple, pour placer l’amour au-dessus de tout. » (par. 212)
 
Se marier à l’église comporte une profonde signification pour ce couple, mais aussi pour la communauté et la société. Célébration liturgique et sacrement, le mariage chrétien est le pacte d’amour qui marquera tout le reste de la vie de l’épouse et de l’époux. « On peut dire que la famille vit de la promesse d’amour et de fidélité que l’homme et la femme se font l’un à l’autre. Celle-ci comporte l’engagement à accueillir et à éduquer les enfants; mais elle se réalise aussi en prenant soin des parents âgés, en protégeant et en s’occupant des membres les plus faibles de la famille, en s’aidant mutuellement pour développer ses propres qualités et accepter ses limites. Et la promesse conjugale s’élargit pour partager les joies et les souffrances de tous les pères, les mères, les enfants, avec une généreuse ouverture à l’égard de la coexistence humaine et du bien commun. » (audience générale)
 
Et le pape dit son admiration, sa reconnaissance pour ces millions de couples qui vivent au quotidien leur alliance conjugale jusqu’à la mort, et qui rayonnent au ras du quotidien cet amour qui seul rend la vie plus belle et meilleure : « La fidélité aux promesses est un véritable chef-d’œuvre d’humanité! Si nous regardons sa beauté audacieuse, nous sommes effrayés, mais si nous méprisons sa ténacité courageuse, nous sommes perdus. »
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(49e texte d’une série sur La joie de l’amour)

jeudi 12 juillet 2018

La préparation au mariage

L’alliance d’amour entre un homme et une femme, pour toute une vie, ne s’improvise pas. Elle ne se réalise pas non plus en un jour. Et beaucoup d'obstacles s’opposent à ce que les futurs couples acceptent de prendre le temps nécessaire pour une réelle maturation et de s’y faire aider.
 
Nous ne parlons presque plus de fiançailles! La culture et la société actuelle sont devenues plutôt indifférentes à la délicatesse et au sérieux du passage des fréquentations au mariage. D’où la nécessité d’un temps de préparation, soutenu par les communautés chrétiennes, et si possible animé non seulement par un prêtre, mais aussi par des couples ayant une bonne expérience conjugale et familiale.
 
Il est pourtant difficile pour les communautés paroissiales de mettre en œuvre une véritable préparation au mariage chrétien. Souvent, les personnes qui aspirent à un tel mariage religieux, sacramentel, ne reconnaissent pas la nécessité d’un tel temps de préparation sérieuse et suffisamment prolongée.
 
Le pape François donne une grande attention à ce temps de murissement et de discernement des futurs époux. Il a à cœur une bonne préparation des couples qui veulent entreprendre une vie ensemble dans l’amour, la fidélité, la fécondité, la durée. Ainsi, il déclarait lors d’une audience générale au sujet des cours de préparation au mariage (Voir, parmi de très nombreuses offres de tels cours) : « Nous voyons de nombreux couples, qui arrivent à ce cours peut-être un peu de mauvais gré […] Mais après, ils sont contents et ils remercient, car en effet ils ont trouvé là l’occasion — souvent l’unique! — de réfléchir sur leur expérience en termes qui ne sont pas banals. Oui, de nombreux couples sont ensemble depuis longtemps, peut-être même dans l’intimité, parfois ils cohabitent, mais ils ne se connaissent pas vraiment. Cela semble étrange, mais l’expérience démontre qu’il en est ainsi. C’est pourquoi il faut réévaluer les fiançailles comme un temps de connaissance réciproque et de partage d’un projet. Le chemin de préparation au mariage doit être organisé dans cette perspective, en se servant également du témoignage simple, mais intense des conjoints chrétiens. »
 
Pour qui veut aller plus loin dans cette réflexion, le pape offre d’amples développements dans La joie de l’amour (par. 205-231).
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(48e texte d’une série sur La joie de l’amour)

dimanche 8 juillet 2018

Le trésor du pardon en famille

La famille peut devenir un lieu de tensions, de conflits, même de ruptures. Comment parvenir à gérer ces situations qui peuvent blesser profondément un ou des membres de la famille?
 
Savoir dire des paroles et poser des gestes de pardon : voilà des façons de retisser les liens familiaux, de les réparer, même de les fortifier. C’est ce que le pape François (audience générale du 4 novembre 2015) a expliqué : « La famille est une grande école d’entraînement au don et au pardon réciproque sans lesquels aucun amour ne peut durer longtemps. Sans se donner et sans se pardonner, l’amour ne reste pas, il ne dure pas. »
 
Chaque jour, nous nous heurtons, nous nous faisons du mal l’un l’autre. C’est inévitable : nous sommes fragiles, souvent égoïstes, pensant plus à nous-mêmes qu’à l’autre. Que faire alors? L’important est de retisser chaque jour les fils que nous brisons ainsi. Plus nous attendons, plus nous risquons que ça devienne difficile.
 
S. Paul recommandait aux disciples de ses communautés : « Que le soleil ne se couche pas sur votre colère. » (Éphésiens 4, 26) Le pape François dit la même chose aux membres des familles. Il insiste sur ce secret simple, mais efficace pour guérir les blessures et pour éliminer les accusations. Il importe de ne pas laisser la journée prendre fin « sans se demander pardon, sans faire la paix entre époux et épouse, entre parents et enfants, entre frères et sœurs. »
 
Et le pape explicite les bienfaits de cette pratique quotidienne : « Les blessures guérissent, le mariage se fortifie, et la famille devient une maison toujours plus solide, qui résiste aux secousses de nos méchancetés petites et grandes. Et pour cela, il n’est pas nécessaire de se faire un grand discours, mais une caresse suffit : une caresse, et tout est fini et recommence. Mais il ne faut pas finir la journée dans la guerre! »
 
Apprendre à pratiquer le pardon en famille nous rend capables de le pratiquer aussi dans les diverses relations sociales. « La pratique du pardon non seulement sauve les familles de la division, mais les rend capables d’aider la société à être moins mauvaise et moins cruelle. » Certes difficile à vivre! Mais l’Esprit de Jésus nous est donné pour nous en rendre capables jour après jour.
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(47e texte d’une série sur La joie de l’amour)