jeudi 18 octobre 2018

Une nuée de témoins

L’auteur de la lettre aux Hébreux, au chapitre 12 nous donne un émouvant portrait de la multitude des saintes et saints qui ont marqué l’histoire du peuple de Dieu. Et il signale que, mortes, ces personnes continuent à nous environner, à nous soutenir et à nous fortifier dans notre marche vers le but de notre vie : être des saints et des saints pour toujours chez le Père, avec Jésus. D’où l’interpellation : « Courons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée. »
 
Lisons le beau commentaire du pape François :
« On y parle d’Abraham, de Sara, de Moïse, de Gédéon et de plusieurs autres (cf. 11, 1-12, 3) et surtout on nous invite à reconnaître que nous sommes enveloppés “d’une si grande nuée de témoins” (12, 1) qui nous encouragent à ne pas nous arrêter en chemin, qui nous incitent à continuer de marcher vers le but. Et parmi eux, il peut y avoir notre propre mère, une grand-mère ou d’autres personnes proches (cf. 2 Tm 1, 5). Peut-être leur vie n’a-t-elle pas toujours été parfaite, mais, malgré des imperfections et des chutes, ils sont allés de l’avant et ils ont plu au Seigneur. » (par. 3)
 
Ouvrons les yeux. Activons notre mémoire. Souvenons-nous des personnes qui nous ont aidés, accompagnés, soutenus avec patience, pardonnés avec grande bonté au cours de nos années passées. Elles sont maintenant décédées. Ne sont-elles pas toujours des témoins vivants pour moi? Des témoins qui me parlent au cœur? Garder leur souvenir m’aide-t-il à entendre l’appel de Jésus à grandir dans ma vie chrétienne et à y répondre?
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(4e texte d’une série sur l’appel à la sainteté)

vendredi 12 octobre 2018

Une multitude

Il n’y a pas que les personnes qui ont été déclarées vénérables, bienheureuses ou qui ont été canonisées par l’Église qui sont au ciel. Il existe une multitude de saintes et de saints que personne ne peut compter!
 
En fait, Dieu nous veut tous et toutes saints éternellement devant lui. Il nous veut pour toujours avec lui. Être des saints, c’est « la vraie vie, le bonheur pour lequel nous avons été créés. » (par. 1)
 
Partout dans la Bible, et sous diverses formes, Dieu fait entendre cet appel à la sainteté. C’est déjà ce qu’il proposait à Abraham : « Marche en ma présence et sois parfait » (Genèse 17, 1).
 
Nous apprenons à connaître en particulier par les célébrations liturgiques, mais aussi par les livres de piété ou des revues religieuses, les noms et la vie de saintes et de saints. Il s’agit alors de personnes béatifiées ou canonisées. Elles ont vécu les vertus chrétiennes d’une façon héroïque, allant parfois jusqu’au martyre pour tenir bon dans leur témoignage pour Jésus. Elles ont aussi donné d’une façon exemplaire leur vie dans l’amour et le service des autres, surtout des plus démunis. « Ce don exprime une imitation exemplaire du Christ et est digne d’admiration de la part des fidèles. » (par. 5)
 
Mais prenons le temps de regarder les personnes défuntes de notre famille, de notre parenté, de notre entourage. Sommes-nous capables d’identifier des personnes dignes d’être considérées comme vénérables ou saintes par la qualité de leur vie? Osons-nous leur demander de prier pour nous?
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(3e texte d’une série sur l’appel à la sainteté)

samedi 6 octobre 2018

Appel à la joie

Je profite de la publication du texte du pape François Gaudete et exsultate pour rappeler la grande place que le pape reconnaît à la joie dans la vie chrétienne. Nous connaissons les grands textes de notre pape qui parlent de joie dans leur titre même. Mais le pape a parlé de la joie dans de multiples autres occasions.
 
Je ne retiens qu’un exemple. Le pape s’adresse à de futurs prêtres : « La vraie joie ne vient pas des choses, du fait d’avoir, non! Elle naît de la rencontre, de la relation avec les autres, elle naît du fait de se sentir acceptés, compris, aimés, du fait d’accepter, de comprendre et d’aimer, et ceci non pas en raison de l’intérêt d’un moment, mais parce que l’autre, homme, femme, est une personne. La joie naît de la gratuité d’une rencontre! C’est s’entendre dire : “Tu es important pour moi” […] En vous appelant, Dieu vous dit : “Tu es important pour moi, je t’aime, je compte sur toi”. Jésus dit ceci à chacun de nous! C’est de là que naît la joie! La joie du moment où Jésus m’a regardé. Comprendre et sentir cela est le secret de notre joie. Se sentir aimé de Dieu, sentir que pour lui nous ne sommes pas des numéros, mais des personnes, et sentir que c’est Lui qui nous appelle. […] N’ayez pas peur de montrer votre joie d’avoir répondu à l’appel du Seigneur, à son choix d’amour, et de témoigner de son Évangile dans le service de l’Église. Et la joie, la vraie, est contagieuse, elle contamine. » (document du Pape)
 
Il est bon de nous rappeler cette joie alors que nous entrons dans la méditation du texte du pape qui nous fait entendre l’appel d’amour de Jésus qui nous veut toutes des saintes, des saints.
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(2e texte d’une série sur l’appel à la sainteté)

vendredi 28 septembre 2018

Ce n’est pas un concours de popularité

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (9, 38-43.45.47-48)
 
Avec l’arrivée du mois d’octobre se termine la campagne électorale au Québec. Depuis quelques semaines, les candidats et candidates des partis politiques ont fait campagne pour se faire connaître. Nous les avons vus sur des affiches, dans les médias, dans les rassemblements publics ou encore nous les avons accueillis à notre porte. Ils veulent partager leurs idées et leurs projets et ainsi offrir leur disponibilité à servir. Le rôle d’un élu est donc d’abord de servir et non un concours de popularité.
 
Depuis quelques dimanches, les textes de l’évangile selon saint Marc nous font découvrir que l’action d’évangéliser n’est pas non plus un concours de popularité, mais une mission de service, dans la simplicité, le respect et l’humilité. « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous » disait Jésus à ses disciples. Jésus donne ici l’attitude profonde et essentielle pour ceux et celles qui veulent marcher à sa suite. L’annonce de la Bonne nouvelle passe par des gestes d’amour, de miséricorde, de partage et d’espérance envers les plus petits, sans tambour ni trompette.
 
L’évangile de ce dimanche est également un rappel que la mission d’évangéliser n’est pas uniquement l’affaire de ceux qui suivent Jésus. Pour le Christ, celui qui fait un miracle en son nom ne peut pas parler en mal de lui. Il dira à ses disciples, « celui qui n’est pas contre nous est pour nous ». Ainsi, chacun et chacune, selon ses talents et ses dons, peut contribuer à la mission d’évangélisation pour la construction d’un monde de justice et de paix.
 
René Laprise
Diacre permanent
(Ce texte a été publié dans la chronique Échos de la Parole de l'Office de catéchèse du Québec)

dimanche 23 septembre 2018

« Soyez dans la joie…! »

Ce titre nous fait penser au pape François! Un des grands thèmes de son pontificat est bien la joie. Il y revient constamment, soit comme un appel, soit comme le fruit d’une vie chrétienne vécue sous la mouvance de l’Esprit.
 
Le 19 mars 2018, en la fête de saint Joseph, ce grand et humble saint que le pape affectionne, il a signé un texte intitulé : Soyez dans la joie et l’allégresse. C’est sa troisième exhortation apostolique, après La joie de l’Évangile (dans laquelle le pape faisait connaître au monde les grandes lignes de ce que sera son pontificat) et La joie de l’amour (dans laquelle le pape donnait de précieux enseignements sur la famille).
 
Le récent texte a pour thème : l’appel à la sainteté dans le monde actuel. Depuis le début de son pontificat, le pape revient souvent sur ce thème. Car la sainteté est au cœur du mystère chrétien. Elle est aussi la condition fondamentale pour une vie de disciple missionnaire. Car c’est du cœur sanctifié par l’Esprit que jaillit l’énergie nécessaire pour offrir au monde d’aujourd’hui le message évangélique.
 
Quoi ne pas attendre et quoi attendre de ce texte? Le pape répond clairement à ces deux questions dès le second paragraphe de l’exhortation apostolique.
 
« Il ne faut pas s’attendre, ici, à un traité sur la sainteté, avec de nombreuses définitions et distinctions qui pourraient enrichir cet important thème, ou avec des analyses qu’on pourrait faire concernant les moyens de sanctification. Mon humble objectif, c’est de faire résonner une fois de plus l’appel à la sainteté, en essayant de l’insérer dans le contexte actuel, avec ses risques, ses défis et ses opportunités. En effet, le Seigneur a élu chacun d’entre nous pour que nous soyons “saints et immaculés en sa présence, dans l’amour” (Ep 1, 4). »
 
Je me propose, pour les prochains textes de ce blogue, de faire ressortir les grands thèmes de ce document. Mais je vous invite d’ici là à le lire. Il est le moins long des exhortations pontificales du présent pape. Le langage est simple, parfois même humoristique, proche de la vie. Texte dynamique et inspirant, qui ne décourage pas, mais au contraire montre que la sainteté est accessible dans la vie la plus ordinaire!
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(1er texte d’une série sur l’appel à la sainteté)

vendredi 14 septembre 2018

La miséricorde, cœur battant de l’Évangile

« L’Église a pour mission d’annoncer la miséricorde de Dieu, cœur battant de l’Évangile, qu’elle doit faire parvenir au cœur et à l’esprit de tous. L’Épouse du Christ adopte l’attitude du Fils de Dieu qui va à la rencontre de tous, sans exclure personne. » (pape François) Ainsi doivent agir les véritables enfants de Dieu le Père, les sœurs et frères de Jésus animés par son Esprit.
 
La miséricorde est le pilier qui soutient la vie de l’Église. Dans son annonce de l’Évangile et dans son témoignage au monde, rien ne doit en être privé. Cette attitude est donc aussi à vivre envers toutes les personnes, les couples, les familles qui souffrent toutes sortes de blessures, rappelle le pape François dans son texte magistral La joie de l’amour (par. 309). Il nous faut souvent nous rappeler que nous ne sommes pas des contrôleurs, mais bien des facilitateurs de la grâce. L’Église n’est pas une douane, elle est « la maison paternelle où il y a de la place pour chacun avec sa vie difficile ». (La joie de l’Évangile, par. 47)
 
Dans toutes nos pensées, nos paroles, nos actions et même nos omissions, « on doit toujours mettre un soin particulier à souligner et encourager les valeurs plus hautes et centrales de l’Évangile, surtout la primauté de la charité comme réponse à l’initiative gratuite de l’amour de Dieu. » (La joie de l’amour, par 311) Il nous coûte parfois beaucoup de faire place à l’amour inconditionnel de Dieu! « Nous posons tant de conditions à la miséricorde que nous la vidons de son sens concret et de signification réelle, et c’est la pire façon de liquéfier l’Évangile. » La miséricorde n’exclut pas la justice et la vérité, mais avant tout, nous devons dire qu’elle est la plénitude de la justice et la manifestation la plus lumineuse de la vérité de Dieu. C’est pourquoi, toutes les notions qui remettent en question la toute-puissance de Dieu, et en particulier sa miséricorde, sont inadéquates, donc à revoir.
 
Voilà un cadre qui nous situe dans le contexte d’un discernement pastoral empreint d’amour miséricordieux pour traiter avec les personnes vivant des situations matrimoniales « irrégulières ». Il nous fait tendre toujours à comprendre, à pardonner, à accompagner, à attendre, et surtout à intégrer. C’est, dit le pape (par. 15), la logique qui doit prédominer dans l’Église, pour « faire l’expérience d’ouvrir le cœur à ceux qui vivent dans les périphéries existentielles les plus différentes ». Toutes les personnes qui accompagnent des couples blessés pourront ainsi les « écouter avec affection et sérénité, avec le désir sincère d’entrer dans le cœur du drame des personnes et de comprendre leur point de vue, pour les aider à mieux vivre et à reconnaître leur place dans l’Église. »
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(58e et dernier texte d’une série sur La joie de l’amour)

vendredi 7 septembre 2018

La loi morale ne suffit pas pour guider la vie

Le pape François demande avec insistance et courage aux catholiques de ne pas juger sans miséricorde les actes des personnes divorcées et remariées. « Il est mesquin de se limiter seulement à considérer si l’agir d’une personne répond ou non à une loi ou à une norme générale, car cela ne suffit pas pour discerner et assurer une pleine fidélité à Dieu dans l’existence concrète d’un être humain. » (La joie de l’amour, par. 302)
 
Bien que nécessaires, les principes généraux ne suffisent pas. Plus on aborde les choses particulières, plus on rencontre de défaillances. Plus on entre dans les détails, plus les exceptions se multiplient. Alors, conclut le pape, « les normes générales présentent un bien qu’on ne doit jamais ignorer ni négliger, mais dans leur formulation, elles ne peuvent pas embrasser dans l’absolu toutes les situations particulières. »
 
S’adressant surtout à ceux et à celles qui accompagnent des personnes qui vivent des situations « irrégulières » (mais ça vaut pour tous), le pape ajoute qu’on ne peut pas se satisfaire d’appliquer des lois morales et des règles. « À cause des conditionnements ou des facteurs atténuants, il est possible que, dans une situation objective de péché – qui n’est pas subjectivement imputable ou qui ne l’est pas pleinement – l’on puisse vivre dans la grâce de Dieu, qu’on puisse aimer, et qu’on puisse également grandir dans la vie de la grâce et dans la charité, en recevant à cet effet l’aide de l’Église. Le discernement doit aider à trouver les chemins possibles de réponse à Dieu et de croissance au milieu des limitations. En croyant que tout est blanc ou noir, nous fermons parfois le chemin de la grâce et de la croissance, et nous décourageons des cheminements de sanctifications qui rendent gloire à Dieu. »
 
Sans diminuer la valeur de l’idéal évangélique, il faut accompagner avec miséricorde et patience les étapes possibles de croissance des personnes qui se construisent jour après jour, faisant confiance à la miséricorde du Seigneur qui nous stimule à faire le bien qui est possible.
 
Mais que dire aux personnes qui préfèrent une attitude plus rigide et insistent sur la norme morale? Il faut les aider « à assumer la logique de la compassion avec les personnes fragiles et à éviter les persécutions ou les jugements trop durs ou impatients. L’Évangile lui-même nous demande de ne pas juger et de ne pas condamner (cf. Mt 7, 1; Lc 6,37). » (par. 308) Jésus « attend que nous renoncions à chercher ces abris personnels ou communautaires qui nous permettent de nous garder distants du cœur des drames humains, afin d’accepter vraiment d’entrer en contact avec l’existence concrète des autres et de connaître la force de la tendresse. Quand nous le faisons, notre vie devient toujours merveilleuse ».
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(57e texte d’une série sur La joie de l’amour)