mardi 21 mars 2017

Accueillir l’étranger

L’histoire se répète. Il nous arrive de reprendre cette expression pour comprendre et expliquer une situation qui se passe dans notre vie et notre famille ou encore dans notre ville et pays. Les événements des derniers mois par rapport à l’accueil des réfugiés et de la migration de population entière fuyant la guerre et la faim viennent redire encore les craintes et barrières qui habitent le cœur humain. La peur de l’étranger, de l’autre différent de soi par la couleur de sa peau, sa culture, sa langue, sa religion n’est pas un phénomène nouveau. Il suffit de faire un retour dans l’itinéraire de notre humanité pour comprendre que l’histoire se répète. La migration des peuples ne date pas d’hier. Les images des réfugiés syriens marchant par milliers sont certainement similaires à d’autres récits du genre à travers les âges.   
 
Le récit de la Samaritaine (Jean 4, 5-42) qui rencontre Jésus au puits fait également écho à une situation où la crainte de l’autre empêchait l’accueil, la communication, le partage, la solidarité. La Samaritaine et Jésus sont venus pour boire. Ils cherchaient la même chose, ils voulaient combler leur soif. Ce simple geste du quotidien de personnes en chemin allait ouvrir sur un demain meilleur pour cette femme et son peuple. Tout d’abord, Jésus dépasse les préjugés et principes qui empêchaient les Juifs de parler aux Samaritains. Il accueille l’étrangère en lui adressant la parole pour lui demander de l’eau. L’accueil passe par les besoins qui sont communs pour la dignité de tous les êtres humains, c’est-à-dire boire, manger, se vêtir, avoir un toit, être aimé, être reconnu, s’accomplir. En ce sens, nous sommes toutes et tous des migrants.
 
Mais ce premier contact avec la Samaritaine dépasse l’accueil. Cette rencontre débouche sur un pont entre la soif de son peuple et celle des Juifs. Jésus propose une source plus grande, une « eau » qui comble la soif du bonheur. Cette source, c’est l’amour inconditionnel de Dieu pour chacun et chacune de nous, pour toute l’humanité. L’accueil de Jésus témoigne de la grande miséricorde de Dieu. Aujourd’hui et demain, nous sommes invités à créer des ponts entre nous, spécialement avec l’étranger. Le pape François le rappelle sans cesse, un chrétien construit des ponts avec les autres et non des murs.
 
Dans son livre Devenir enfant de Dieu, Mgr Roger Ébacher écrit ceci sur la Samaritaine : « Elle est ainsi conduite à vivre le culte d’adoration dans lequel les hommes de toutes races se retrouvent rassemblés dans la famille des enfants de Dieu. »  
 
René Laprise
Diacre permanent

jeudi 16 mars 2017

Le souci pour notre planète et notre humanité

Le souci envers notre planète et envers notre humanité s’affirme dans beaucoup de consciences aujourd’hui. Et avec raison! L’Église catholique aussi fait de grands progrès dans cette prise de conscience.
 
On rappelle souvent la forte affirmation de Paul VI, il y a près de 50 ans : « Il a fallu des millénaires à l’homme pour apprendre à dominer la nature [….] L’heure est maintenant venue pour lui de dominer sa domination. » (Discours du 16 novembre 1970 à la FAO) Mais que de chemin parcouru depuis dans la pensée ecclésiale! Pensons à l’encyclique Laudato sì dédiée à ces questions. Le pape actuel revient souvent sur le drame de la « culture du déchet », ou du rebut, qui menace aussi bien les humains que la nature. Elle « tend à devenir une mentalité commune, qui contamine tout le monde. La vie humaine, la personne, ne sont plus considérées comme une valeur primaire à respecter et à garder, en particulier si elle est pauvre ou handicapée, si elle ne sert pas encore – comme l’enfant à naître – ou si elle ne sert plus – comme la personne âgée. Cette culture du rebut nous a rendus insensibles également aux gaspillages et aux déchets alimentaires, qui sont encore plus répréhensibles lorsque dans chaque partie du monde malheureusement, de nombreuses personnes et familles souffrent de la faim et de la malnutrition. »
 
Déjà, Benoît XVI avait fréquemment attiré l’attention, et avec beaucoup de pertinence, sur les questions écologiques auxquelles l’humanité doit faire face. Ainsi à des jeunes, il affirmait : « L'un des domaines dans lequel il apparaît urgent d'œuvrer, est sans aucun doute la protection de la création. L'avenir de la planète, sur laquelle sont évidents les signes d'un développement qui n'a pas toujours su protéger les équilibres délicats de la nature, est confié aux nouvelles générations. Avant qu'il ne soit trop tard, il faut faire des choix courageux, qui sachent recréer une solide alliance entre l'homme et la terre. Un oui ferme est nécessaire pour la protection de la création, ainsi qu'un engagement puissant pour inverser les tendances qui risquent de conduire à des situations de dégradation irréversible. »
 
Il est bon de constater que la pensée ecclésiale se reconnecte à une très ancienne tradition portée par des mystiques, dont saint François d’Assise est le type achevé (5).
 
Aujourd’hui, Dieu nous dit par ces voix et tant d’autres : « Le jeûne que je préfère, c’est que vous respectiez la création et votre humanité que j’ai façonnées avec tendresse, amour, générosité! Ne gâchez pas cette beauté semée partout! »
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau

dimanche 5 mars 2017

« Sois courageux et va te confesser! »



Ainsi s’exclamait le pape François lors de l’audience générale du 19 février 2014. C’est vrai que ça demande du courage pour faire cette démarche, qui pourtant est un merveilleux don de Dieu qui nous aime et toujours nous offre gratuitement son pardon.
 
Le pape expliquait : « Le pardon de nos péchés n’est pas quelque chose que nous pouvons nous donner nous-mêmes. Moi, je ne peux pas dire : je me pardonne mes péchés. Le pardon se demande, il se demande à un autre et dans la confession nous demandons le pardon à Jésus. Le pardon n’est pas le fruit de nos efforts, mais c’est un cadeau, c’est un don de l’Esprit Saint, qui nous comble de la fontaine de miséricorde et de grâce qui jaillit sans cesse du cœur grand ouvert du Christ crucifié et ressuscité. »
 
Et Jésus a confié ce don de son cœur à son Église. Je sais par expérience que ça peut parfois être pénible d’aller se confesser à un prêtre. Mais le pape veut nous faciliter cette démarche si importante pour la paix de notre conscience en rappelant aux prêtres leur devoir d’accueil fraternel et aidant.
 
« Aux prêtres je rappelle que le confessionnal ne doit pas être une salle de torture, mais le lieu de la miséricorde du Seigneur qui nous stimule à faire le bien qui est possible. Un petit pas, au milieu de grandes limites humaines, peut être plus apprécié de Dieu que la vie extérieurement correcte de celui qui passe ses jours sans avoir à affronter d’importantes difficultés. » (La joie de l’Évangile, 44)
 
L’interpellation du pape aux jeunes à Rio vaut pour moi, pour nous tous : « N’aie pas peur de demander pardon à Dieu. Il ne se fatigue jamais de nous pardonner, comme un père qui nous aime. Dieu est pure miséricorde! »
 
Le carême est un temps favorable! Il ne faut pas hésiter à ouvrir son cœur à ce don du pardon et des miséricordes divines.

† Roger Ébacher
 Évêque émérite de Gatineau

 

mercredi 1 mars 2017

Pour le carême 2017

« Le carême est un temps favorable pour nous renouveler dans la rencontre avec le Christ vivant dans sa Parole, dans ses Sacrements et dans le prochain. » Ainsi s’exprime le pape François.
Et dans son message pour ce carême, le pape nous donne une interpellante explication de la parabole de Lazare et du riche (cf. Luc 16,19-31). Ce commentaire est stimulant pour nous aider à vraiment entrer en carême.
 
J’aime particulièrement dans ce message papal l’insistance sur la nécessité d’écouter la Parole de Dieu durant le temps du carême, comme à chaque jour de l’année.
 
Quel est le vrai problème du riche de la parabole? « La racine de ses maux réside dans le fait de ne pas écouter la Parole de Dieu; ceci l’a amené à ne plus aimer Dieu et donc à mépriser le prochain. La Parole de Dieu est une force vivante, capable de susciter la conversion dans le cœur des hommes et d’orienter à nouveau la personne vers Dieu. Fermer son cœur au don de Dieu qui nous parle a pour conséquence la fermeture de notre cœur au don du frère. »
 
Le temps du carême est un appel à prendre au sérieux la Parole qui sans cesse nous rappelle notre universelle fraternité. Dans cette lumière prennent leur vraie signification les appels répétés à s’engager dans les mouvements en faveur des plus démunis de notre planète.
 
Développement et Paix est un tel organisme : nous sommes invités à le soutenir, tout particulièrement durant ce temps de partage qu’est le carême.
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau

dimanche 26 février 2017

Développement et Paix fête 50 ans de solidarité


Plus de 125 membres et bénévoles en Outaouais de Développement et Paix / Caritas Canada se sont rassemblés, le 21 janvier 2017, à la cathédrale Saint-Joseph à Gatineau, pour célébrer le 50e anniversaire de fondation de l’organisme. En 1967, inspiré par les paroles du pape Paul VI dans son texte Populorum Progressio, les évêques catholiques du Canada fondent Développement et Paix pour répondre au cri des personnes démunies des pays du Sud. C’est grâce aux nombreux membres dans les paroisses à travers le diocèse de Gatineau comme à travers le pays que cette solidarité en faveur de la paix et de la justice a été possible depuis cinq décennies. Le « développement est le nouveau nom de la paix » affirmait Paul VI en 1967.
 
En présence de Mgr Paul-André Durocher, archevêque de Gatineau, de même que de l’archevêque à la retraite, Mgr Roger Ébacher, le Conseil diocésain de Développement et Paix a profité de la fête pour remercier les bénévoles pour leur engagement de longue date. Le dynamisme et les initiatives des membres de Développement et Paix dans l’Outaouais sont d’ailleurs reconnus au plan national. Par exemple, il y a les nombreux voyages de solidarité effectués par des gens de la région pour aller à la rencontre des partenaires des projets soutenus dans les pays du Sud, ou encore l’accueil dans le diocèse de partenaires comme la militante guatémaltèque Rigoberta Menchu, prix Nobel de la paix. 
Dans leur témoignage lors du souper, Mgr Durocher et Mgr Ébacher ont rappelé la mission fondamentale de Développement et Paix au sein de la société et comment cette œuvre d’Église est encore d’une grande pertinence en 2017. Devant les besoins des personnes affectées par les nombreux conflits et les catastrophes naturelles à travers le monde, l’organisme travaille en étroite collaboration avec le réseau mondial des Caritas Internationalis pour répondre aux besoins et ainsi contribuer à construire un monde de partage et de paix.
   
Cet anniversaire aura également donné l’occasion au Conseil diocésain de Développement et Paix à Gatineau de souligner la participation de la relève avec la présence de nombreux enfants et adolescents, de même que la grande représentativité des diverses communautés culturelles au sein de l’organisme. Comme l’Expo 67 marquait une ouverture sur le monde, la fondation de Développement et Paix marquait également la mise en place d’un pont de solidarité avec nos frères et sœurs des pays du Sud.
René Laprise, d.p.
Membre de Développement et Paix

jeudi 16 février 2017

Invitation à vous abonner gratuitement à mon blogue

En ligne depuis 2011, ce blogue vise à partager mes réflexions sur divers sujets touchant notre Église et notre société à la lumière de l’Évangile. Plus de 375 textes ont été publié jusqu’à ce jour. Si vous désirez recevoir un avis à chaque fois qu’un texte est publié sur mon blogue, vous pouvez le demander en vous servant du lien suivant : http://www.shootthebreeze.net/blogalert/index.php
Vous aurez deux cases à remplir
1.      Feed URL : mettre l’adresse de mon blogue qui est :
http://rogerebacher.blogspot.ca/feeds/posts/default?alt=rss 
2.      Fournir dans la case suivante votre adresse courriel

Le dernier texte publié ou un avis de publication devrait normalement arriver automatiquement non pas dans le dossier : « Boite de réception », mais dans le dossier «Flux RSS ».

Bienvenue!

jeudi 9 février 2017

25e Journée mondiale des malades

Nous sommes actuellement au cœur de la période hivernale qui cause beaucoup de grippe. Cette année, du moins où je demeure, l’hiver est difficile et conduit beaucoup de personnes à la mort. Une telle situation cause du stress sur les services de santé, tant hospitaliers que de soins prolongés ou à domicile.
 
En ce jour du 11 février, fête de Notre-Dame de Lourdes et Journée mondiale des malades, je salue toutes les personnes qui œuvrent auprès des malades : infirmières et infirmiers, personnes préposées aux divers soins pour les malades, médecins, et tant d’autres personnes, et des familles, qui se dévouent pour les personnes malades.
 
J’ai dû récemment me rendre par deux fois à l’urgence du proche hôpital. J’y ai été accueilli par des personnes attentives, accueillantes, généreuses. Je les en remercie et les félicite de vivre avec un tel courage leur profession, qui est pour beaucoup une vraie vocation.
 
Dans son message pour cette journée, le pape François affirme à nouveau la dignité des plus faibles parmi nous. Il « nous rappelle que chaque malade est et reste toujours un être humain, et doit être traité comme tel. Les infirmes, comme les porteurs de handicaps même très lourds, ont leur inaliénable dignité et leur mission dans la vie, et ne deviennent jamais de simples objets, même si parfois ils peuvent sembler seulement passifs, mais en réalité, ce n’est jamais ainsi. »
 
Profitons de cette journée pour nous sensibiliser les uns aux autres, et en particulier aux plus blessés dans leur cœur ou dans leur corps. Tout geste de tendresse et d’attention peut être un baume qui guérit et libère de l'angoisse et de la solitude.
 
Jésus nous montre le chemin par sa tendresse et son accueil pour les malades sur son chemin. « Partout où il entrait, villages, villes ou hameaux, on mettait les malades sur les places ; on le suppliait de les laisser toucher seulement la frange de son vêtement ; et ceux qui le touchaient étaient tous sauvés. » (Marc 6, 56)
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau