dimanche 18 avril 2021

Un amour universel

Aujourd’hui, l’accessibilité des médias d’information à l’échelle planétaire et la circulation des nouvelles de diverses sources, spécialement avec les réseaux sociaux, démontrent abondamment que la planète est un village global. Est-ce que cette diffusion de l’information sur la vie des populations du monde entier nous rend plus solidaires des souffrances et des joies des peuples qui y vivent? Est-ce que nous prenons conscience que nos choix et nos actions peuvent avoir des effets positifs ou négatifs sur nos frères et nos sœurs d’autres pays?

Dans la première lettre de saint Jean, l’apôtre nous rappelle la dimension universelle et mondiale de l’amour du Christ pour toute l’humanité :

C’est lui qui, par son sacrifice, obtient le pardon de nos péchés, non seulement des nôtres, mais encore de ceux du monde entier. Voici comment nous savons que nous le connaissons : si nous gardons ses commandements.

Le plus grand des commandements se cristallise autour de cette conviction : Dieu est amour.

Comme disciple, le Christ nous invite à ouvrir notre cœur à la dimension universelle du commandement divin de l’amour : aimer son prochain comme soi-même. Les prochains, ce sont également ceux et celles qui sont au loin, nos sœurs et nos frères des quatre coins du monde. À la lumière du thème du Carême de partage de Développement et Paix, partageons l’amour.

René Laprise
Diacre permanent
 

Ce texte a été publié dans la chronique Échos de la Parole de l'Office de catéchèse du Québec

dimanche 4 avril 2021

PÂQUES!

Joie du Fils ressuscité des morts!

Joie de l’Esprit en cette œuvre grandiose de la résurrection!

Joie du Père accueillant son Fils, cet homme Jésus, avec Lui dans la gloire!

Joie pour celles et ceux qui croient en Jésus Vivant et espèrent le rejoindre dans sa vie glorieuse, éternelle!

Joie pour celles et ceux qui croient en la vie, en l’amour, en la paix et y œuvrent!

Beau temps pascal.

† Roger Ébacher
Évêque retraité de Gatineau

jeudi 1 avril 2021

Au cœur de nos souffrances, regardons Jésus avec foi

C’est là que nous trouvons un grand réconfort, un surcroit de courage.

Je lis dans la Lettre aux Hébreux (12, 1-2) : « Courons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée, les yeux fixés sur Jésus, qui est à l’origine et au terme de la foi. Renonçant à la joie qui lui était proposée, il a enduré la croix en méprisant la honte de ce supplice, et il siège à la droite du trône de Dieu. »

Docile à la volonté du Père sur lui, le Fils Jésus a enduré courageusement, avec patience et persévérance, les souffrances et humiliations de sa vie publique, surtout de sa passion et de sa mort ignominieuse sur une croix. Ce chemin l’a conduit à la joie ineffable de la résurrection et de la présence éternelle avec le Père.

Ce chemin, il l’a ouvert pour nous, pour moi.

Viens, Esprit Saint, m’insuffler courage et persévérance. Rends-moi capable de tenir mes yeux fixés sur mon Guide et mon Soutien : Jésus vainqueur dans la joie éternelle du Père.

† Roger Ébacher
Évêque retraité de Gatineau

dimanche 28 mars 2021

Croire en Jésus nous stimule

Jésus est vraiment un homme, un homme réel tout comme nous, tout en étant vraiment le Fils de Dieu. Voilà notre foi chrétienne.

« Il y a eu chez lui, comme chez tout homme, éveil et croissance, épreuves et approfondissements, hésitations et choix, nuit et lumière… Jésus n’était pas d’emblée installé dans les desseins éternels de Dieu » (Éloi Leclerc)

Je lis dans la Lettre aux Hébreux (5, 7-9) : « Pendant les jours de sa vie dans la chair, il offrit, avec un grand cri et dans les larmes, des prières et des supplications à Dieu qui pouvait le sauver de la mort, et il fut exaucé en raison de son grand respect. Bien qu’il soit le Fils, il apprit par ses souffrances l’obéissance et, conduit à sa perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel. »

Quelle affirmation étonnante! Il dut lui aussi apprendre l’obéissance par ses souffrances!

Cette affirmation m’éclaire beaucoup. Mes souffrances, vécues dans la foi en Jésus, sont une éducation.

Esprit de Jésus, sois la lumière qui me guide dans cette rude, mais nécessaire éducation! Rends-moi docile à la volonté du Père, qui veut que je vive comme un fils confiant et abandonné entre ses mains.

† Roger Ébacher
Évêque retraité de Gatineau
 

jeudi 25 mars 2021

Vaincre nos penchants égoïstes

Saint Jean écrivait à ses communautés : « Qui donc est vainqueur du monde? N’est-ce pas celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu? » (1 Jn 5,5)

Au sens ici employé, le « monde » signifie : tout ce qui nous tire vers l’égoïsme, la fermeture devant l’autre, la peur de l’autre, les rejets, les jugements qui condamnent, les haines, etc.

Vaincre ce « monde », qui est enraciné en moi, est un dur combat. Mais croire que Jésus le Fils de Dieu, l’a vaincu sur la croix est un réconfort, un stimulant dans ce combat.

C’est bien ce que tu affirmes à tes amis la veille de ta mort : « Dans le monde, vous avez à souffrir, mais courage! Moi, je suis vainqueur du monde. » (Jean16, 33)

Seigneur Jésus vainqueur du mal et de la mort, soutiens-moi dans cette lutte. Tu l’as promis. Je te fais confiance. Merci.

† Roger Ébacher
Évêque retraité de Gatineau

dimanche 21 mars 2021

Les étonnants projets de Dieu pour nous!

Je lis dans saint Luc ces paroles de l’ange porte-parole de Dieu : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » (1, 30-33)

Je crois, mais reste tout étonné par une telle parole! Jésus, le Fils de Dieu, vient partager notre chair et notre condition humaine dans le sein d’une femme. Quelle générosité de Dieu! Jamais nous n’aurions imaginé un Dieu aussi bon, aussi miséricordieux pour nous, pécheurs, enfants rebelles! Seule la foi nous le fit savoir.

Oui, Dieu, que tes pensées sont étonnantes, tes projets merveilleux, mais aussi bouleversants pour moi! Tu nous aimes donc tant que cela! Que ton Fils éternel prenne sur lui notre condition mortelle pour nous apporter tes bénédictions et notre salut éternel! Merci.

Je crois en ta générosité sans borne pour nous, mais augmente ma foi!

† Roger Ébacher
Évêque retraité de Gatineau

jeudi 18 mars 2021

Les bienfaits produits par la foi en Jésus

Les évangiles et les lettres des apôtres nous révèlent
les multiples bienfaits qui sont produits par la foi en Jésus, cet homme né en Galilée et qui est Fils de Dieu.

Méditant un jour la première lettre de saint Jean, j’ai été frappé par son affirmation basée sur sa longue expérience d’une vie chrétienne : la foi en Jésus donne de précieux résultats dans la vie de la personne qui adhère vraiment à la parole de Jésus, mais surtout à sa personne.

Je désire dans les prochaines semaines méditer cette réalité. Pour commencer, je me limite à une parole de Jésus qui me soutient, me stimule, m’oriente, me ramène dans le bon chemin : « Ne vous faites pas de souci pour demain : demain aura souci de lui-même; à chaque jour suffit sa peine. » (Matthieu 6, 34)

Jésus, par cette parole, tu me demandes de développer en moi une attitude filiale envers Dieu notre Père. Tu me dis de lui faire vraiment confiance, de remettre ma vie entre ses mains. Et je sens que c’est ce qui t’a fait vivre, toi, lors de ton cheminement sur notre terre.

Partage-moi ton Esprit pour que j’y parvienne moi aussi. Alors, je serai plus heureux, plus libre!

† Roger Ébacher
Évêque retraité de Gatineau