jeudi 13 décembre 2018

Dieu veut ta sanctification

Tu peux être porté à dire : Dieu ne veut surement pas cela pour moi! Je suis trop imparfait pour cela! De toute façon, je n’y arriverai jamais!
 
Pourtant, dans son enseignement aux jeunes chrétiens d’Éphèse, saint Paul (Éphésiens 1, 3-8) est très affirmatif et clair. Lisons ce texte :
 
« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ! Il nous a bénis et comblés des bénédictions de l’Esprit, au ciel, dans le Christ. Il nous a choisis, dans le Christ, avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints, immaculés devant lui, dans l’amour. Il nous a prédestinés à être, pour lui, des fils adoptifs par Jésus, le Christ. Ainsi l’a voulu sa bonté, à la louange de gloire de sa grâce, la grâce qu’il nous donne dans le Fils bien-aimé. En lui, par son sang, nous avons la rédemption, le pardon de nos fautes. C’est la richesse de la grâce que Dieu a fait déborder jusqu’à nous en toute sagesse et intelligence. »
 
Accueille cette bouleversante révélation en reconnaissant qu’elle te concerne personnellement. Il t’a béni et comblé de bénédictions même avant ta naissance. Il t’a choisi « pour que tu sois saint devant lui ». Il t’a préparé à être son fils, sa fille adoptive. Telle est sa bonté pour toi! Tu es pécheur? En Jésus le Père te donne le pardon de tes fautes!
 
Tu n’en es pas digne! Mais c’est une grâce à accueillir! Elle vient de la grande miséricorde de Dieu et nous est offerte gratuitement! Saint Paul l’explique avec insistance aux Éphésiens (2, 5-9) :
 
« Dieu est riche en miséricorde; à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions des morts par suite de nos fautes, il nous a donné la vie avec le Christ : c’est bien par grâce que vous êtes sauvés. Avec lui, il nous a ressuscités et il nous a fait siéger aux cieux, dans le Christ Jésus. Il a voulu ainsi montrer, au long des âges futurs, la richesse surabondante de sa grâce, par sa bonté pour nous dans le Christ Jésus. C’est bien par la grâce que vous êtes sauvés, et par le moyen de la foi. Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Cela ne vient pas des actes : personne ne peut en tirer orgueil. C’est Dieu qui nous a faits, il nous a créés dans le Christ Jésus, en vue de la réalisation d’œuvres bonnes qu’il a préparées d’avance pour que nous les pratiquions. »
 
Oui, Dieu le Père veut ta sanctification! Et il est allé jusqu’à envoyer son Fils pour t’y conduire! Il continue sans cesse à t’envoyer son Esprit pour te purifier et te renouveler.
 
Cet Esprit, grand don du Père, te rend capable de traduire dans ton quotidien, si petit soit-il, le rêve de Dieu sur toi : il te veut saint, sainte!
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(10e texte d’une série sur l’appel à la sainteté)

dimanche 9 décembre 2018

Mes voeux pour Noël 2018

Dieu, que nous dis-tu par cet évènement
si improbable :
la naissance de ton Fils dans la pauvreté
d’une étable, y attirant les petits de ce monde?
Tu nous dévoile les secrets intimes et éternels
de ton cœur :
 
Je suis votre Père et je vous aime.
Je vous cherche avec une passion qui me brûle le cœur et bouleverse mes entrailles maternelles.
Je veux la justice, la paix et l’unité dans ma famille humaine.
 
Merci Père, de cette confidence. Au cœur des joies et des tourments de nos années 2018-2019, je veux l’accueillir avec le même cœur que Marie et Joseph et œuvrer à ton projet.
 
À vous, un Noël pacifiant et que soit sanctifiante l’année qui vient.
† Roger Ébacher

dimanche 2 décembre 2018

L'Avent : une mission d'amour au coeur de notre monde

Existe-t-il des legs plus précieux que celui d’un testament spirituel? Jésus lui-même nous a donné un tel testament. Jean, le disciple bien-aimé, l’a recueilli, médité puis mis pour nous par écrit. Jésus a terminé sa mission. C’est son dernier soir avec les siens. Au cours d’un repas d’adieu vécu dans un climat d’intimité et de tendresse, il dépose dans le cœur de ses disciples ses dernières instructions, l’assurance de sa présence et la promesse de généreux dons qui les rendront aptes à leur mission dans le monde. Avec ce premier dimanche de l’Avent, la mission d’amour du Sauveur se taille une place toute simple au cœur de notre monde par sa venue au cœur d’une famille bien humble. Cette mission d’amour est sans fin et elle est toujours actuelle dans notre d'aujourd’hui.  
 
Mon livre Il nous aima jusqu’au bout est disponible dans toutes les bonnes librairies (dont la Librairie Louis Fréchette, 313, rue Notre-Dame, Gatineau).
 

jeudi 29 novembre 2018

Est-ce que je veux devenir un saint?

Dieu veut notre sanctification. C’est saint Paul (1 Thessaloniciens 4, 3) qui l’enseigne catégoriquement à ses jeunes chrétiens, anciens païens qui ont bien de la difficulté à croire que Dieu les appelle à une telle qualité de vie. « La volonté de Dieu, c’est que vous viviez dans la sainteté. »  Est-ce que je le veux, moi?
 
Être un saint, c’est devenir un signe visible de l’amour miséricordieux et de sa présence quotidienne auprès de nous. Suis-je capable de vivre un tel état de sainteté dans le quotidien : dans ma famille, avec mes proches, sur la rue, au travail?
 
Il ne s’agit pas de prétendre imiter quelque « modèle de sainteté »! Tu as un chemin unique de sainteté, rêvé, voulu et préparé depuis toujours par Dieu spécialement pour toi. Voilà le chemin que tu dois suivre en aimant Dieu et les autres là où tu es, avec ce que tu es. Il s’agit de suivre Jésus sans jamais te décourager, en connaissant sa grande miséricorde et son amour pour toi.
 
Avec le pape François, fais un petit examen de conscience. « Ai-je envie de devenir un peu meilleur, d’être plus chrétien, plus chrétienne? Telle est la voie de la sainteté. Lorsque le Seigneur nous invite à devenir saints, il ne nous appelle pas à quelque chose de lourd, de triste... Au contraire! C’est l’invitation à partager sa joie, à vivre et à offrir avec joie chaque moment de notre vie, en le faisant devenir dans le même temps un don d’amour pour les personnes qui sont à nos côtés. Si nous comprenons cela, tout change et acquiert un sens nouveau, un beau sens, un sens qui commence avec les petites choses de chaque jour. Un exemple. Une dame va au marché faire les courses et rencontre une voisine et elles commencent à parler, puis arrivent les commérages et cette dame dit : “Non, non, moi, je ne parlerai mal de personne”. Cela est un pas vers la sainteté, cela nous aide à devenir plus saint. Puis, à la maison, ton enfant te demande de parler un peu de ses histoires : “Oh non, je suis si fatigué, j’ai beaucoup travaillé aujourd’hui...” — “Mais toi, installe-toi et écoute ton enfant, qui en a besoin!”. Et on s’installe, on écoute avec patience : cela est un pas vers la sainteté. […] Puis je vais dans la rue, je vois un pauvre, quelqu’un dans le besoin, je m’arrête, je l’interroge, je lui donne quelque chose : cela est un pas vers la sainteté. Ce sont de petites choses, mais tant de petits pas vers la sainteté. Chaque pas vers la sainteté fera de nous des personnes meilleures, libérées de l’égoïsme et de la fermeture sur soi, et ouvertes aux frères et à leurs nécessités. »
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(9e texte d’une série sur l’appel à la sainteté)

samedi 24 novembre 2018

Devenir enfant de Dieu

Tel est le titre du livre que j’ai publié en 2015 et qui porte sur la croissance spirituelle dans l'Évangile de Jean. Avec le début de l'Avent dans quelques jours, nous sommes invités à prendre du temps pour redécouvrir l'espérance que nous apporte la naissance du sauveur. "Devenir enfant de Dieu" peut vous aider. Ce livre est disponible à la Librairie Fréchette (313, rue Notre-Dame, Gatineau, tél. : 819-643-1861). https://mediaspaul.ca/catalogue/devenir-enfant-de-dieu-8681

vendredi 23 novembre 2018

Une dignité désarmante

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (18, 33b-37)
 
Dans les films de la franchise « James Bond », l’agent 007 a toujours la mission de trouver et arrêter le méchant personnage qui veut prendre le contrôle de la planète. Le but ultime de ce personnage est de devenir le « Roi de l’Univers » avec son armée et son armement. L’agent secret est alors le sauveur. Chaque film se termine de la même façon avec la victoire de M. Bond et la fin du rêve du méchant.
 
En ce dimanche du Christ Roi où nous célébrons la royauté de notre Seigneur Jésus comme « Roi de l’Univers », l’Évangile de saint Jean nous invite à réfléchir sur le type de royauté dont parle Jésus devant Pilate. Pour ce dernier, si Jésus est roi des Juifs, ne devrait-il pas avoir des gardes et une armée à ses côtés pour le défendre? Jésus lui répond que sa royauté « n’est pas de ce monde ». Il l’invite à voir un autre type de royauté : un régime qui fait référence non pas à la domination d’un souverain sur un peuple, mais qui « témoigne de la vérité ».
 
La royauté de Jésus, c’est le don de sa vie. Son témoignage d’amour, d’accueil, de pardon par ses paroles et ses gestes est encore un message qui touche les cœurs et qui invite les baptisés à servir et à être des signes d’espérance dans le monde d’aujourd’hui. Notre monde n’a-t-il pas besoin d’une révolution de la tendresse comme l’affirmait le pape François? Une révolution qui met de côté la haine, les guerres, les dictatures, de même que l’exploitation des humains et des ressources de notre terre mère.
 
Oui, célébrer le Christ Jésus « Roi de l’Univers », ce n’est pas le garder dans un palais et sur un trône, mais marcher à sa suite avec et pour nos frères et sœurs. Il faut, comme le rappelle si souvent le pape, que les bergers sentent l’odeur des brebis.
 
René Laprise
Diacre permanent
(Ce texte a été publié dans la chronique Échos de la Parole de l'Office de catéchèse du Québec)

dimanche 18 novembre 2018

Sainte ou saint au ras de la vie

Être un saint, une sainte, c’est être en union de pensée et de cœur avec Dieu Père, Fils et Esprit; et c’est aimer son prochain. De telles attitudes peuvent se vivre dans toutes les conditions de vie, dans quelque métier que l’on soit, exécutant quelque tâche qui nous incombe.
 
Qui que tu sois, quel que soit ton état de vie, tu es appelé à la sainteté. Devenir un saint est un don de la grâce Dieu. C’est l’œuvre de l’Esprit en nous. Mais il faut y collaborer dans les gestes quotidiens, même les plus petits, de notre vie la plus ordinaire.
 
Le pape François (par. 14) le montre par divers exemples qui peuvent nous éclairer et nous stimuler.
 
« Nous sommes tous appelés à être des saints en vivant avec amour et en offrant un témoignage personnel dans nos occupations quotidiennes, là où chacun se trouve. Es-tu une consacrée ou un consacré? Sois saint en vivant avec joie ton engagement. Es-tu marié? Sois saint en aimant et en prenant soin de ton époux ou de ton épouse, comme le Christ l’a fait avec l’Église. Es-tu un travailleur? Sois saint en accomplissant honnêtement et avec compétence ton travail au service de tes frères. Es-tu père, mère, grand-père ou grand-mère? Sois saint en enseignant avec patience aux enfants à suivre Jésus. As-tu de l’autorité? Sois saint en luttant pour le bien commun et en renonçant à tes intérêts personnels. »
 
Ailleurs, le pape explique : « Sois saint en devenant un signe visible de l’amour de Dieu et de sa présence à nos côtés. Voilà : chaque état de vie conduit à la sainteté, toujours! Chez toi, dans la rue, au travail, dans l’Église, à ce moment et dans ton état de vie a été ouverte la voie vers la sainteté. Ne vous découragez pas et allez sur cette voie. C’est vraiment Dieu qui nous donne la grâce. Le Seigneur ne demande que cela : que nous soyons en communion avec Lui et au service de nos frères. »
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(8e texte d’une série sur l’appel à la sainteté)